En Terre Scandinave - Le Polar Polaire chez ALBIN MICHEL

Le livre

Fin d'été Avril 2015
Format : 240 mm x 155 mm
512 pages
22.90 €
Johan Theorin Partager

Fin d'été

Comme tous les étés, des milliers de touristes débarquent sur l’île d’Öland pour fêter la Saint-Jean. Parmi eux cette année-là, un vieil homme à l’allure inquiétante qui rôde autour du domaine des Kloss, propriétaire d’un vaste complexe touristique. Un « Revenant » venu régler ses comptes…
 
Initiée avec L’Heure trouble, prix du meilleur polar suédois, la série d’Öland s’achève magistralement avec ce huis-clos hanté par les fantômes du passé. Romancier des territoires inexplorés où les frontières s’estompent et le crépuscule envahit le paysage et le cœur des hommes, Johan Theorin s’impose comme un maître du thriller psychologique.
 
« Theorin est l’héritier d’un Simenon transposé dans le monde du XXIe siècle, latitude nord… » Le Figaro Magazine

L'Auteur

Reconnu comme un des maîtres du polar scandinave, Johan Theorin passe, depuis l’enfance, tous ses étés sur l’île d’Öland où se situent ses romans. Johan Theorin

Le maître du polar passe tous ses étés sur l’île d’Öland où se situent ses romans

Presse

L’île d’Öland distille un blues aussi durable que les longues plages de la Scanie de Mankell.Marianne

Sa manière de faire de l’immensité du ciel et de la mer le plus inquiétant des huis clos donne toute leur force à ses romans.Télérama

Des romans tendus, forts, étranges, qui résonnent longuement.Le Point

Un curieux mélange de fantastique, d'enquête policière et de psychologie.Le Canard enchainé

Johan Theorin excelle à tendre l'atmosphère, à l'alourdir de mille détails, attentif au moindre bruit, au moindre geste, à la moindre vibration.Télérama

Comme à son habitude, Theorin nous hante encore longtemps après la dernière page, ses ambiances tourmentées nous collent à la peau, et nous font languir en attendant son prochain titre. L’Express (Suisse)

Un romancier à part, adepte de thrillers sans mort, en clair-obscur, où affleure parfois le doute du surnaturel… Un roman hors norme. Le Point

La vengeance est au cœur de ce récit qui évolue aux frontières du surnaturel, où passé et présent se retrouvent inexorablement liés par une mécanique implacable. Le Quotidien du médecin

Lire un extrait

Lire la suite

Le vaisseau fantôme surgit de la nuit, glissant sur les eaux noires du détroit, sans dévier devant rien ni personne.

Dans son canot pneumatique, le garçon n’eut pas le temps de l’éviter. Sa frêle embarcation gonflable allait chavirer dans la collision mais, à la dernière seconde, il parvint à se retenir à la coque métallique.

Le navire s’élevait au-dessus de lui. Il était poisseux et rouillé, comme s’il avait vogué des dizaines d’années. Il n’y avait personne sur le pont mais au tréfonds de ses entrailles palpitait un moteur, comme un cœur qui bat.

Le canot pneumatique se déchira et prit l’eau. Le garçon n’avait pas le choix : il se hissa à bord.

Précautionneusement, il enjamba le bastingage et prit pied sur le pont obscur, où flottait une forte odeur de poisson pourri.

Doucement, il avança vers l’avant, dépassant une écoutille fermée.

Après cinq ou six mètres à peine, il vit le premier mort. Un marin en bleu de chauffe taché de cambouis, raide, étendu sur le dos, fixant le ciel nocturne.

Puis d’autres marins sortirent de l’ombre et se dirigèrent vers lui en titubant : mourants ou déjà morts. Et pourtant vivants. Ils tendaient leurs bras vers lui, lui parlaient d’une voix faible dans une langue étrangère.

Le garçon cria et tenta de fuir.

Ainsi commença le dernier été du vingtième siècle à Stenvik. Ainsi commença l’histoire du revenant qui hantait le village. Ou peut-être tout avait-il commencé plus de soixante-dix ans auparavant, dans un petit cimetière à l’intérieur des terres. Avec un autre jeune homme, Gerlof Davidsson, qui entendit frapper à l’intérieur d’un cercueil. Lire la suite

Où acheter ce livre

Du meme auteur

L’Heure trouble
À l’heure trouble avant la tombée de la nuit, un enfant disparaît sans laisser de trace dans les brouillards d’une petite île de la Baltique. Vingt ans plus tard, une de ses chaussures est mystérieusement adressée à son grand-père...
L’Écho des morts
L'Écho des morts explore à nouveau l'atmosphère étrange de l'île d'Öland où les Westin, une famille de Stockholm, ont décidé de s'installer définitivement.
Le Sang des pierres
Johan Theorin revient ici sur son territoire de prédilection, l’île d’Öland, avec un suspense virtuose.
Froid mortel
Il y a pire qu’être enfermé dans la Clinique…ne pas pouvoir y pénétrer...