En Terre Scandinave - Le Polar Polaire chez ALBIN MICHEL

Le livre

Dossier 64 Janvier 2014
Format : 155 x 225
608 pages
22,90 €
Jussi Adler-Olsen Partager

Dossier 64

À l’origine d’un véritable phénomène d’addiction chez les lecteurs, les enquêtes du Département V ont fait de Jussi Adler-Olsen, Grand Prix policier des lectrices de Elle et Prix polar des lecteurs du Livre de poche, une figure incontournable du thriller scandinave. La nouvelle enquête du trio formé par l’inspecteur Mørck et ses assistants Assad et Rose fait monter la tension d’un cran en nous plongeant dans le sombre passé politique du Danemark. 
Copenhague. Une brutale agression dans les quartiers chauds de Vesterbro incite Rose à rouvrir un cold case sur la disparition inexpliquée d’une prostituée. Cédant à ses pressions, le Département V exhume une affaire macabre datant des années 50, dont les ravages dévoilent le visage d’une société danoise loin d’être exemplaire…

L'Auteur

Le Danois Jussi Adler-Olsen est la nouvelle star du polar scandinave Jussi Adler-Olsen

Le Danois Jussi Adler-Olsen est la nouvelle star du polar scandinave

Presse

« Dans les séries, il y a parfois des hauts et des bas. Pas chez Adler-Olsen, qui poursuit son marathon à plein régime. Du grand art. » ELLE

« En trois romans, l’écrivain danois Jussi Adler-Olsen a été propulsé au rang des valeurs sûres du polar scandinave. Dans Dossier 64, devenu en quelques semaines un phénomène d’édition, il exhume une page terrifiante de l’histoire de son pays. » Le Monde

« Un suspense glacé, implacable, qui nous serre cœur et tripes… Des répliques d’un humour noir et d’un tranchant jubilatoire. » Marie France

« Une histoire de vengeance diabolique par un des maîtres du suspense scandinave. »
Avantages

« Humour, suspense… Adler-Olsen maîtrise à la perfection son sujet. » Direct Matin

« Mork : un héros récurrent de polar qui nous rend aussi addict que les meilleures séries. Dossier 64 : un 4e livre qui touche juste et fort. »
ELLE

« L’un des champions du genre. »RTL

« Les oubliettes de l’Histoire renferment des affaires glaçantes… Adler-Olsen démontre son machiavélique savoir-faire romanesque. » Le Nouvel Observateur

« Jussi Adler-Olsen est un véritable phénomène d’édition. Depuis Miséricorde ses ouvrages sont salués par la presse, couronnés de prix et attirent un public d’admirateurs toujours plus nombreux. Ce dernier opus ne déroge pas à la règle. »
Onlalu.com

« Tendu et politique, un thriller sur le rapport de classe dans un pays que l’on croyait candidement un paradis social. » Moustique (Belgique)

« Un livre ou le présent répond au passé, non dénué d’humour et avec un final étonnant. »
Le Quotidien du pharmacien

Lire un extrait

Lire la suite

 

 

PROLOGUE

Novembre 1985

Pendant un court moment de relâchement, elle se laissa aller à une sensation de bien-être. Tout y participait : la coupe de champagne glacée et fragile entre ses doigts, le bourdon-nement des voix et la main de son mari posée légèrement sur sa hanche. Si elle faisait abstraction de ce qu’on éprouve quand on tombe amoureux, elle n’avait souvenance que de quelques brefs instants, dans une enfance très lointaine, qui lui aient procuré un sentiment semblable à celui-là. Le bavardage rassurant de sa grand-mère. Les rires retenus de per-sonnes aimées et depuis longtemps disparues qu’elle entendait en s’endormant.

Nete pinça les lèvres pour ne pas laisser l’émotion la sub-merger. Cela arrivait encore parfois.

Elle monta sur la pointe des pieds et contempla le kaléi-doscope de robes multicolores et les dos bien droits. Ils étaient venus nombreux à cette réception donnée en l’honneur du lauréat danois du Grand Prix de médecine pour les pays scandinaves. Chercheurs, médecins, le gratin de la société. Sa naissance ne l’avait pas prédestinée à évoluer dans ce milieu mais elle s’y sentait un peu mieux d’année en année.

Elle inspira profondément et s’apprêtait à pousser un soupir de contentement quand elle sentit un regard traverser l’assem-blée de femmes aux cheveux relevés et d’hommes aux nœuds papillon bien serrés. Et le sentit se poser sur sa nuque. Elle éprouva la décharge électrique que seuls des yeux ennemis sont capables d’envoyer. Instinctivement, elle fit un pas de côté, comme un animal traqué cherchant refuge dans les buissons. Elle posa la main sur l’avant-bras de son époux et s’efforça de sourire, tout en observant les invités en tenues de soirée qui évoluaient dans les nappes diffuses de la fumée des candélabres.

Une femme rejeta la tête en arrière dans un bref éclat de rire, ouvrant une légère brèche qui lui permit d’apercevoir le mur du fond.

Il était là.

Sa silhouette s’élevait au-dessus des autres tel un phare dans l’océan. Malgré sa nuque ployée et ses jambes torses, il ressemblait toujours à un animal sauvage, massif et fier, et son regard passait sur la foule comme un projecteur.

Elle perçut l’intensité de ce regard jusqu’au fond de ses entrailles et sut que si elle ne réagissait pas très vite, toute sa vie allait s’écrouler en quelques secondes.

 

Interview

Où acheter ce livre

Du meme auteur

Délivrance
Sur le bureau du vice-commissaire Mørck, un étrange message découvert au nord de l’Ecosse dans une bouteille oubliée sur le rebord d’une fenêtre. Un SOS écrit en lettres de sang par un jeune Danois enlevé avec son frère des années plus tôt. Canular ? Peut-être pas…
Profanation
Sur le bureau de Mørck, le dossier d’un double meurtre impliquant une bande de fils de famille, innocentée par les aveux « spontanés » de l’assassin. Mais très vite l’inspecteur s’aperçoit que l’affaire, hâtivement bouclée, comportait des zones d’ombre...
Miséricorde
Pourquoi Merete Lyyngaard croupit-elle dans une cage depuis des années ? Pour quelle raison ses bourreaux s'acharnent-ils sur la jeune femme ? Cinq ans auparavant, la soudaine disparition de celle qui incarnait l'avenir politique du Danemark avait fait couler beaucoup d'encre. Mais, faute d'indices, la police avait classé l'affaire....
L'Effet papillon
Si William Stark n’avait pas été intrigué par un SMS envoyé du Cameroun, René Ericksen, son boss au Bureau d’Aide au Développement, n’aurait pas été obligé de se débarrasser de lui. Si Marco, un jeune voleur gitan n’avait pas trouvé refuge là où le cadavre putréfié de Stark végète depuis trois ans, son oncle, chef d’un réseau mafieux, n’aurait pas lancé ses hommes à ses trousses à travers tout Copenhague pour l’empêcher de révéler à la police l’existence de ce corps qu’il a enterré de ses propres mains...